J'ai compris !
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez que des Cookies soient utilisés afin de réaliser des statistiques d’audience et de vous offrir des contenus personnalisés.

site de Philippe Meyer, Catherine Meyer

(ex: Paris, Strasbourg, etc.)

["Blog", "CECILE DUFLOT L'IDOLE DES MILLIONNAIRES DU CAP D'ANTIBES"]

la loi ALUR, qui prévoit la fin du coefficient d'occupation des sols et de la notion de surface minimum pour construire, dans les zones couvertes p...

CECILE DUFLOT L'IDOLE DES MILLIONNAIRES DU CAP D'ANTIBES

News marché immo

Par Jean-Luc MEYER, diplômé notaire, président de la SAS LES PORTECLES, réseau de mandataires indépendants en immobilier.

La loi DUFLOT ne fait pas que des malheureux, prenons par exemple le cas des propriétaires au CAP D’ANTIBES.

Dans ce quartier, l’unité de compte pour l’immobilier est le million d’euros.

Ceci s’explique notamment par la proximité de Port Vauban, qui est l’un des plus grands ports de plaisance de toute la Côte d’Azur, avec plus de 1 000 places de tailles allant de 4,5 m de long, à la longueur record de 180 m, sur le célèbre « Quai des Milliardaires ».

Vous pouvez donc amarrer votre embarcation (attention en dessous de 20 mètres de long les magnifiques créatures slaves qui peuplent ces bateaux ne vous regarderont même pas) et rejoindre votre villa à quelques centaines de mètres, ce qui vous le reconnaitrez est quand même bien pratique (surtout si vous avez abusé du rosé domaine OTT pendant la sortie en mer).

Ces dernières années, même ces dernières décennies, le droit de l’urbanisme applicable au CAP d’ANTIBES était très sévère ( ce qui rendait nos clients propriétaires très malheureux).

Il prévoyait notamment un coefficient d’occupation des sols de 0,1 et une surface minimum pour construire de 4000 m2.

Dès lors, beaucoup de propriétaires « historiques » ayant des terrains relativement «petits» (tout est relatif), voyaient leurs projets d’extension systématiquement rejetés.

la vie est injuste mais il ne faut jamais désespérer:

Arrive madame DUFLOT, et sa Loi ALUR qui prévoit dans les zones couvertes par un PLU, la fin du coefficient d’occupation des sols et la fin de la notion de surface minimum pour construire.

Or la Ville d'Antibes est couverte par un plan local d’urbanisme.

Cette disposition étant immédiatement applicable, nombreux sont les propriétaires ayant déposé des demandes d’autorisation d’urbanisme pour par exemple surélever d’un étage leurs modestes demeures.

Conformes au droit, ces permis sont accordés.

Les esprits chagrins et férus d’urbanisme rétorqueront que le PLU d’Antibes étant en révision, les autorités locales auraient pu opposer un sursis à statuer, en attendant la fin de la révision du PLU,

révision qui aurait pu (avec un peu de vice) intégrer par exemple une modification des règles de hauteur maximale admise ou des règles d’emprise, pour « bloquer » les effets de cette loi qui est un véritable « permis de bétonner librement ».

Il n’en a rien été, le Maire a encore délivré le mois dernier à un de nos clients un permis de ce type.

Sa propriété va quasiment doubler de valeur ce dont il ne se plaint pas.

Madame DUFLOT étant comme lui une grande amatrice de restaurants (étoilés), notre client a juré que s’il la croisait il ne manquerait pas de la remercier chaleureusement et de lui offrir le champagne.

Si vous avez aimé cet article, merci de liker notre page Facebook plutôt que ce post.

Ci dessous extrait carte géoportail du cap d'Antibes